lundi 6 octobre 2008

U : Ursulines (les) à Saint Sever



DES URSULINES AU TRIBUNAL

ET À L’ÉCOLE DE MUSIQUE DANIEL BALAVOINE

28 OCTOBRE 1634 :
Sur la proposition de Gilles Boutault, évêque d’Aire, sœur Françoise de Cazères arrive à Saint-Sever pour fonder un couvent d’Ursulines. Accompagnée par les mères, Sainte de la Haye, Elisabeth de Larroque, future supérieure, Anne Lamouroux, Lucrèce de Lavie, Hélène de Boursiquot et Catherine d’Emery. Elles s’installent dans un « local » sis près de l’actuelle place du tribunal acheté à Pierre de Pontac, abbé commendataire de l’abbaye bénédictine.
Dom du Buisson dans son Histoire de l’Abbaye datée de 1681 signale que « pendant quelques années, les moines leur fournissent librement des provisions et d’autres choses pour vivre ».

1634 – 1789 :
Pendant ces 155 ans, nous ne possédons guère de documents permettant de reconstituer avec exactitude l’histoire du couvent qui a connu sur cette période 21 supérieures identifiées.
Pour cette raison, nous préférons donner une chronologie des faits les plus marquants :

AVRIL 1647 :
Les Ursulines louent une maison à Monsieur d’Auzolls près de leur couvent qui s’agrandit peu à peu entre les actuelles rues des Ursulines, Agnoutine, Louis Sentex et sur la place du Tribunal.

1653 :
Après avoir essaimé à Mont de Marsan, le couvent crée une colonie à Sainte Livrade sur Lot, actuellement département du Lot et Garonne.

JUILLET 1662 :
Construction du noviciat et achats des métairies de Catalon (Saint Eulalie) et le Basque ( ?)

1791 :
Mère du Sault est réélue supérieure par les religieuses en présence de Jean Dutoya, officier municipal. Puis comme les 3 autres congrégations de Saint-Sever, le couvent est dissous.

22 MARS 1793 :
Une loi affecte la portion non vendue des bâtiments « des ci-devant Ursulines de Saint-Sever » au placement de la Maison d’Arrêt (parking actuel), de la caserne de la gendarmerie (halles et partie nord de la place), du Tribunal de Première Instance et du Tribunal de Paix. L’église qui pouvait contenir 400 personnes devient le prétoire. Le reste est vendu à des particuliers (jardins, cimetière, dépendances).

1804 :
Retour des Ursulines à Saint-Sever qui s’installent rue Durrieu, ancienne usine Abel Crabos.

1881 :
Construction de la nouvelle caserne de gendarmerie rue du Bellocq

1884 :
Inauguration des halles sises sur l’emplacement de la gendarmerie et agrandissement de la place devant les halles.

1950 :
Après sa fermeture pendant l’entre deux guerres, la prison est démolie.

1957 :
Extension des halles. La rue en pente et le parking sont couverts par une affreuse charpente métallique avec des tôles ondulées galvanisées.

1989 :
Après avoir rendu à la commune l’aile sud du tribunal, le ministère de la justice restaure le prétoire et l’aile nord  pour y loger les services administratifs du tribunal d’instance et la salle des avocats.

1990 :
Démolition des structures métalliques construites en 1957 et restauration de la halle 1884.
Aménagement du parking (ancienne prison)

2006 – 2008 :
Rattachement du secrétariat puis du greffe au tribunal d’instance de Mont de Marsan, seules les audiences restent à Saint Sever

31 janvier 2009 :
Fermeture définitive du tribunal d’instance initialement prévue pour le 31 décembre 2009.

2010 :
Installation de l’Ecole de Musique Daniel Balavoine dans les anciens locaux du tribunal

photo : de gauche à droite : halle 1884, ancienne prison, tribunal (carte postale début XXème siècle)

Le couvent en 1789 occupait la partie nord de la place actuelle du tribunal, la halle, le petit parking, l'école de musique et les jardins à l'arrière



Aucun commentaire: