dimanche 5 octobre 2008

V : Villa gallo romaine du Gleyzia d'Augreilh à Saint Sever


Les photos seront peu à peu ajoutées avec les légendes

Ce texte est un extrait d’une conférence que j’ai faite à Saint Perdon (Landes) le vendredi 30 octobre 2015.

Tout d’abord avant de vous faire connaître mes liens  avec la villa d’Augreilh,  je voudrais remercier le Docteur Paul Dubédat pour son aide, pour l’autorisation d’utiliser ses documents  et qui m’a permis de photographier du mobilier qu’il a découvert.

De 1968 à 1975 alors que j’effectuais mes études de géographie et mon service national, tous les étés, bénévolement j’encadrais les jeunes collégiens, lycéens et étudiants qui  fouillaient un des 3 champs  sur lesquels s’étend la grande villa.

Après l’époque romaine sur le site abandonné, on situe l’église St Pé de Mazères  dont on pense avoir retrouvé l’emplacement dans un des péristyles ce qui explique la dénomination du site Gleyzia d’Augreilh
Connue au Moyen Age par les bénédictins qui ont utilisé abacules, colonnes ?, la villa fut redécouverte en 1870 lors de la construction d’une route vicinale la traversant. 
Avant 1870, le chemin vicinal passait cote 37 puis Bordenave et à gauche de Bouet
Le maire de l’époque le Docteur Louis Sentex pave son immeuble de la place de Verdun avec les mosaïques découvertes à l’emplacement de la nouvelle route et quelques fragments vont au château d’Amou. On verra qu’on réalise également 7 tables.
En 1968, le Docteur Paul Dubédat fouille le champ au sud de la route. Je suis son chef de chantier jusqu’en 1975.
Puis pendant 40 ans, il restaure les murs, les sols, les mosaïques et assure l’entretien. En 2015, à 95 ans, on le voyait encore quasiment 1 ou 2 heures par jour faire son mortier avec de vieilles cuillères provenant  de l’argenterie familiale

SITUATION

Vous remarquez
 l’Adour,
la colline,
la source du Merle avec l’aqueduc ou arrivée d’eau  disparu à cause de 2 groupes d’habitations et de la double voie ferrée à cet endroit, voie pour Dax et pour Pau,
la plaine,
et le port dont je vous demande de mémoriser l’emplacement

 SITE

Voir les emplacements de la voie ferrée et de l’Adour
En blanc la partie fouillée. Les parcelles 70, 74 et 75 n’ont pas été fouillées au XXème

LA ZONE FOUILLEE EST EN COURS DE RESTAURATION

La route construite en 1870 coupe les 2 galeries nord des péristyles détruisant totalement celle de l’est et partiellement celle de l’ouest.

PHOTO AERIENNE

La protection des mosaïques est réalisée par des toitures en tôles ondulées à défaut de constructions en bois et tuiles trop onéreuses

LA ROUTE ET LES PROTECTIONS

Péristyle ouest et la route

LES MOSAÏQUES
Ces plans des pièces pavées en mosaïques sont exposés au  musée des Jacobins à Saint-Sever.
Lorsque le dessin est inconnu, les parties restent en blanc  




Reconstitution au musée des Jacobins


LA MAISON SENTEX
Le mosaïste qui a reconstitué le pavement chez Sentex a créé le mot SALVE à l’entrée de la maison


A noter, les faïences dans les meubles. La maison Sentex possède 3 trésors :
Dans l’ordre décroissant :
les faïences 1ère ou 2ème collections de Samadet au monde,
les mosaïques
et le jardin,  ancien enclos des Ursulines avant la révolution situé entre l’ancien tribunal, la montée de l’ancienne nationale et la rue des Ursulines.
La maison Sentex peut se visiter avec droit d’entrée en demandant à l’Office de Tourisme.

UNE DES 7 TABLES CONNUES

Celle appartenant à la Ville de Saint-Sever (musée des Jacobins) avec derrière au sol un fragment de mosaïque récupéré à Augreilh

LA RESTAURATION DES MOSAÏQUES SUR LE SITE
Les motifs ne sont reproduits que s’ils sont connus et rien n’est inventé







C'est moi qui l'ait découverte





LE BALNEAIRE

Cette reconstitution d’un caldarium partie chauffée d’un balnéaire provient du musée du palais Rohan à Strasbourg. J’ai fait cette photo, le dimanche 7 juin afin de la présenter à la conférence du 30 octobre.

L’hypocauste à pilettes

Hypocauste à pilettes aintenant menacé par l'absence de toiture

PISCINE TRICONQUE FROIDE


Délabrement du au gel et à la pluie

TOIT RECONSTITUE (musée des Jacobins)
Tegula et imbrex et canivau


POTERIE (collection P Dubédat)


PORT

Pourquoi est il situé en aval de la villa ?
Certes, il devait y avoir un embarcadère au niveau de la villa mais le port de marchandises était volontairement éloigné de l’habitation du maître.
En amont, il n’y avait pas la place mais surtout à cause de la navigabilité sur le fleuve. Il y a 4 à 5 mètres de dénivelé dans l’ancien lit entre la partie amont du territoire de la villa et la partie aval. Je me permets de vous rappeler qu’au XIXème l’Adour est navigable à la montée et à la descente depuis Mugron et seulement à la descente depuis le port de Péré à Saint Sever.

ARTICLE TERMINE


Aucun commentaire: